Affaire Caël Permès: libération sous caution de quatre gardiens de prison incriminés dans le meurtre

Les choses se corsent de plus en plus pour les membres de la Correctional Emergency Response Team (CERT) du Mauritius Prison Service (MPS) qui avaient tranféré Jean Caël Permès de la Prison centrale vers La Bastille.

Après analyse des traces de sang prélevées dans leur véhicule à Beau-Bassin par les experts du Forensic Science Laboratory (FSL), il a été confirmé qu’il s’agit bel et bien du sang de la victime. L’habitant de Cité Ste-Claire avait été retrouvé mort quelques heures après ce transfert à la prison de haute sécurité de Phoenix le soir du mardi 5 mai.

Read more...

Le rapport d’autopsie a révélé qu’il a été battu avec une matraque jusqu’à ce qu’il succombe à un choc hémorragique. Le corps du multirécidiviste qui était en détention pour avoir endommagé un véhicule de la police, à Goodlands, était couvert d’ecchymoses. Le jeudi 14 mai le gardien de La Bastille qui avait éteint le système de CCTV de la prison à l’arrivée de Jean Caël Permès, avait été arrêté. Il rejoignait ainsi quatre de ses collègues qui avaient été interpellés depuis le début de cette semaine par l’équipe de l’assistant surintendant Vikash Seebaruth.

Read more...

Il est important de noter que ces quatre membres de la CERT, notamment Beerajsingh Jankee, 42 ans,Roopendra Ramkissoon, 42 ans, Gowtam Ramtohul, 42 ans et Yuvenesh Sacarah, 30 ans, ont été remis en liberté conditionnelle par la cour de Curepipe aujourd’hui, le rapport du FSL n’ayant pas encore été mis en présence du magistrat Alvin Joypaul. Les prévenus sont représentés par les avocats Dick Ng Sui Wah, Arvin Lutchmun, Ali Meeajan et Ashley Ramdass. Rappelons qu'ils avaient la responsabilité d’escorter le défunt dans leur véhicule et qu'ils ont été inculpés de meurtre après la découverte des traces de sang à l’endroit où la victime a été récupéré à la Prison centrale par le FSL. Le magistrat leur a imposé une caution de Rs 20 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 300 000. Ils auront également à se présenter au poste de police de leur localité tous les jours. Le Police Prosecutor était représenté par l'inspecteur Itram Bappoo.

Soulignons qu’il y avait une mobilisation policière ce matin, pour barrer l’accès à la cour de Curepipe, où comparaissaient les quatre gardiens de prison. Nous avions d'ailleurs précisé dans un article pécédent qu'un photographe de presse s'est malmener par les forces de l’ordre. Rappelons aussi que les gardiensManwar Totah, 47 ans, Jean Michel Désiré Philippe Dedans, 38 ans,Vikram Gundoo, 40 ans, et Louis Désiré Patrick Ferret, 58 ans sont encore en détention.

Appréhendés lemercredi 20 mai et traduits en cour de Curepipe, aujourd'hui, ils ont été reconduits en cellule policière.Le gardien Totah a avoué avoir arrêté la caméra de surveillance de l’entrée principale du pénitencier pendant une quinzaine de minutes le mardi 5 mai. Cela après avoir été alerté de l’arrivée du détenu Permes depuis la prison de Beau-Bassin.

Read more...

Par ailleurs, deux hauts gradés de l’administration pénitentiaire qui sont responsables de la CERT et de La Bastille doivent être entendus ce vendredi 22 mai. La Criminal Investigation Division (CID) de Curepipe a, pour sa part, déjà interrogés des détenus qui ont affirmé avoir vu et entendu la victime en train d’être frappée. L'heure est donc à la confrontation entre, d’un coté, les membres de la CERT et, de l'autre, les gardiens de La Bastille, pour expliquer qui sont ceux qui ont porté les coups fatals au détenu. Affaire à suivre.

Read more...