Affirmation de Lutchigadoo: Permès a reçu des coups de clés, de coude, de genou et de poing

Jean Caël Permès aurait été battu à coups de coude au dos, de genou aux côtes, de poing au visage et aussi de clés servant à fermer les cellules par des gardiens à la Prison de haute sécurité de Phoenix et cela en étant menottée et encagoulé.

Les faits se seraient déroulés durant l'après-midi du mardi 5 mai. C'est ce que souligne le mécanicien Kusraj Lutchigadoo dans sa déposition faite en présence de son avocat Me Rama Valayden, ce lundi 11 mai, dans le cadre du décès du détenu récidiviste à la prison de La Bastille. Il souligne avoir assisté à ce triste spectacle par l’imposte de sa cellule. Parmi les autres éléments de sa déposition, Kusraj Lutchigadoo a précisé que ce passage à tabac s'est produit pendant que le résident de Cité Ste-Claire était conduit vers la cellule où il mourut. La version du mécanicien s'accorde avec les ecchymoses constatées sur le corps du défunt.

Par ailleurs, Kusraj Lutchigadoo a également décrit les vêtements que portait la victime au moment de rendre son dernier soupir. Un autre témoin, Siddick Islam, plus connu par le surnom de Ti Nerf, a aussi parlé des coups reçus par Jean Caël Permès. N'ayant pas pu voir la scène en question vu que sa cellule ne dispose pas de lucarne, il a cependant pu situer les évènements vers le moment où Jean Caël Permes devait arriver à La Bastille.

Le détenu a donné sa version en présence également de Me Rama Valayden. Poursuivant dans la foulée de cette ronde de témoignages, le pompier Vishal Shibchurn a était entendu dans le cadre de cette affaire, ce mercredi 13 mai.

Ce dernier, lui aussi assisté de l'ancien Attorney General, a soutenu avoir d'abord entendu les menaces des garde-chiourmes à l'encontre de Jean Caël Permès avant que celui-ci ne se fasse longuement tabasser par les gardiens. Le présumé membre du Gang du Sud précise qu’il se trouvait hors de sa cellule pour une visioconférence avec la Bail and Remand Court (BRC) cet après-midi-là lorsqu’il a été témoin auriculaire entres autres des propos suivants : «To fine rod lamerdman ar (…) To pou koney. Nu pu casse to (…) » .

Les enquêteurs de la Criminal Investigation Division (CID) de Curepipe qui collaborent avec la Major Crimes Investigation Team (CCID) dans cette affaire devront écouter les détenus Michael William Vincent Hosseny et Christopher Perrine ce jeudi 14 mai. Michael William Vincent Hosseny était détenu à la Prison de Petit-Verger pour vol. Par un concours de circonstances impliquant un téléphone portable en sa possession, il a été envoyé à La Bastille.

C'est dans le véhicule qui a servi à le transférer de Pointe-aux-Sables vers Beau-Bassin qu'il affirme avoir été brutalisé. Ce véhicule appartient à l’équipe de la Correctional Emergency Response Team (CERT) du Mauritius Prison Service (MPS) et a également servi pour transférer Jean Caël Permès de la Prison centrale à La Bastille. Michael William Vincent Hosseny maintient qu'il a été a donc été embarqué vers La Bastille aux côtés de Jean Caël Permès.

Il convient cependant de souligner que les versions des témoins Hosseny, Lutchigadoo, Islam et Shibchurn ne sont pas prises pour argent comptant pour l'instant, car une équipe du Central Criminal Investigation Department (CCID) était La Bastille le mardi 5 mai pour interroger des détenus relativement à la mutinerie qui a éclaté au début du couvre-feu sanitaire à la Prison centrale. Les membres de cette équipe du CCID qui chapeaute la MCIT déclare n’avoir rien entendu ou vu de suspect sur place.

Read more...