Camp-Levieux: l'adsu fait une perquisition musclée chez une veuve et ... ne rien découvrir

Pourquoi la police a t-elle fait usage d’une telle force pour effectuer une descente aussi….infructueuse chez une veuve ? Les faits se sont produits, au complexe de la NHDC Camp-Levieux, vendredi 1er mai. Cette veuve et ses deux fils ont eu une peur bleue. Alors qu’ils étaient tranquilles en famille, ils ont reçu la visite des officiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) accompagnés des commandos de Marcos.

Depuis cette nuit, c’est toujours l’incompréhension chez cette famille. Cette sexagénaire, mère de deux fils est très active dans les activités de la paroisse de son quartier. Elle ne vit que grâce à sa pension et s’occupe seule de sa maison. Cependant, sa voisine, l’avait mise au parfum que la police allait débarquer chez elle. Coïncidence ou presque, un officier de la brigade anti-drogue réside dans le même bloc qu’elle.

La victime ne s’est sentie nullement menacée, cela d’autant plus que ses enfants n’ont jamais filé un mauvais coton. Toutefois, elle s’attire souvent la foudre de ses voisines,« J’ai acheté une machine à laver il y a quelques temps et pendant la livraison, une voix provenant du même bloc ou je vis avait lancé « geter kuma gros machine laver pe rentrer avec la monnaie la drogue !»

Hélas, les dires de la voisine, qui n’est autre que la mère de l’officier de police, s’est avérés exacte. La police a fait une descente très musclée au domicile de cette pauvre dame, écrasant tout sur son passage comme des éléphants dans un magasin de porcelaine.

Read more...

Par conséquent, les voisins sont offusqués par la démarche de la Police de perquisitionner la maison de cette pensionnaire, alors que des caïds règnent en maîtres au nez et à la barbe des autorités dans ce quartier miné par la drogue et n’y sont nullement inquiétés par la Police. Qui plus est, on se demande si la mère de l’officier de l’ADSU agirait comme taupe auprès de son fils.

A la fin de cette perquisition infructueuse, la veuve aurait été menacée,« sa fois la pane gagne nanier, mais lot cout nu pu gagner ». La victime a effectuée une déposition au poste de police de Camp Levieux dans lequel elle a raconté cette nuit cauchemardesque. Elle a retenu les services d’un homme de loi et fera une déclaration formelle au CCID. La Police Complaints Bureau, ainsi que le patron de la Brigade anti-Drogue et le Commissaire de Police seront également informés de cet excès de zèle.

Affaire à suivre…

Read more...