Coronavirus: les Chinois ont menti, le virus circulait bien avant novembre 2019

En Chine, le coronavirus est connu comme le communist party virus en raison du fait que les autorités chinoises ont tout fait pour cacher au monde l’apparition de ce virus et sa transmission de personne à personne.

Un médecin chinois de Wuhang, Li Wenliang (notre photo), avait été le premier à avoir fait état de ce virus cette année et a été sévèrement réprimandé par les autorités qui l’a accusé de diffuser de fausses nouvelles.

Il est mort en soignant des patients du Covid-19. Ce n’est que cette année que la Chine et l’OMS ont fait état de ce virus. Un peu trop tard pour le monde. Mais quand est-ce que ce virus est apparu? La Chine ne veut pas d’enquête internationale sur ce sujet.

Or, il y a de plus en plus de preuve que ce virus est apparu bien avant la date annoncée par les Chinois et l’Organisation mondiale de la santé qui, selon Donald Trump, est à la solde des chinois.

Le parti communiste chinois a oublié que tous les criminels laissent des traces et n’a pas pensé que les pays occidentaux pouvaient remonter dans les dossiers des malades et retracer les tests effectués pour savoir qi les malades traités, principalement leurs poumons, avaient des traces du coronavirus. Ainsi, un hôpital alsacien pense avoir traité ses premiers cas de Covid-19 dès le mois de novembre.

La Fondation de la maison du Diaconat de Mulhouse, qui gère l'hôpital Albert Schweitzer, a expliqué dans un communiqué publié ce jeudi 7 mai que le Dr Michel Schmitt, médecin chef du département d'imagerie médicale de l'établissement, a analysé 2 456 scanners thoraciques réalisés entre le 1er novembre 2019 et le 30 avril 2020.

L'ensemble des clichés a été étudié, toutes pathologies confondues (cardiaques, pulmonaires, traumatiques, tumorales...). Le Dr Schmitt les a classés et a ensuite demandé à deux autres radiologues expérimentés d'examiner à leur tour ceux qu'il avait lui même rangés dans les catégories «compatibles Covid» et «typiques Covid».

A partir de ces trois lectures, les médecins ont déduit une courbe de la contamination dans le Haut-Rhin. Les premiers cas d'infection au coronavirus auraient ainsi été rencontrés le 16 novembre à l'hôpital Albert Schweitzer. Puis, l'incidence de la maladie aurait très lentement progressé jusqu'à la fin du mois de février, avant de connaître une croissance fulgurante et un pic le 31 mars.

Read more...