Décès du pompier Siddick Soobhany: un décès qui aurait pu être évité

Ce mardi 4 février, alors que le juge Bobby Madhub avait subi une crise cardiaque dans son bureau (dont il devait décéder un peu plus tard), un sapeur-pompier, Siddick Soobhany, 48 ans, travaillant à Port-Louis, s’est porté volontaire pour lui porter secours. Toutefois, après avoir aidé le juge, au tour du pompier de ne pas se sentir bien. Lui aussi devait décéder peu après. Un décès qui aurait pu être évité, déplore une source proche de Siddick Soobhany.

Selon nos informations, les pompiers n’ont pas de moyen de transport approprié pour le transport des pompiers malades ou blessés, à leur caserne. Or, selon certains pompiers, s’il y avait des véhicules où les pompiers souffrants pouvaient être transportés, peut-être que Siddick Soobhany serait toujours en vie aujourd’hui.

Il nous revient aussi que chaque caserne de pompiers a un ‘First Aid Box’ ainsi qu’un défibrillateur (le défibrillateur est un appareil qui envoie un choc électrique au cœur d’une victime d’un arrêt cardiaque afin de lui faire retrouver un rythme normal). En principe, tous les pompiers devraient avoir une formation sur l’utilisation des équipements de premiers secours, y compris le défibrillateur, en cas d’urgence.

Mais selon nos recoupements, la caserne de Port-Louis avait bel et bien reçu le défibrillateur, et cela depuis le 16 avril 2019, mais les sapeurs-pompiers de cette caserne n’ont jamais reçu de formation quant à l’utilisation de cet équipement.

Or, une défibrillation bien appliquée aurait pu sauver la vie de Siddick Soobhany, qui est père de trois enfants. Le jour de son décès, l’homme de 48 ans ayant subi une crise cardiaque, les sapeurs-pompiers essayaient en vain de retrouver le défibrillateur, mais ce n’est que juste avant l’arrivée de l’ambulance du SAMU que cet équipement de réanimation a été retrouvé, dans une armoire dans le bureau du Senior Station Officer, qui est à une certaine distance des baraquements des pompiers.

Il nous revient aussi que les sapeurs-pompiers ont commencé une formation ce vendredi 7 février, sur l’utilisation des équipements de premier secours. Mieux vaut tard que jamais… La question se posetoutefois : si ce défibrillateur a été bien reçu depuis le 16 avril 2019, pourquoi les pompiers n’ont pas été formés pour l’utiliser?

Nous avons pris contact avec le Chief Fire Officer du MFRS qui nous dit qu’il n’est pas au courant du fait que le défibrillateur était introuvable. Il compte ouvrir une enquête sur cette affaire pour situer les responsabilités. Affaire à suivre.

Credit: Sunday Times Mauritius