Démentèlement d'un réseau de prostitution à Port Louis: "Nou gagn rs 1000 pou sak klian"

Le réseau de prostitution fonctionnait en toute liberté près du station de police de Trou Fanfaron. Vendredi après-midi 21 août, une équipe de police a effectué une perquisition dans un pensionnat où 8 femmes malgaches ont été retrouvées de manière anormale et irrégulière et ont été soupçonnées de se prostituer. Le responsable du pensionnat, un homme de 38 ans, a été arrêté.

Une fois sur place, les policiers ont vérifié les 18 chambres. L'identité des clients, notamment des couples, était contrôlée. Une fois arrivés à la chambre numéro 8, ils ont été confrontés à une porte verrouillée par double tour. Lorsqu'on a demandé au propriétaire du pensionnat d'ouvrir la porte, il s'est montré réticent. «Stor sa misie», ajouta-t-il. Cependant, contre l'insistance des policiers, le propriétaire a obéi à leurs ordres.

A l'intérieur de la salle, 8 femmes malgaches, âgées de 22 à 39 ans, ont été retrouvées en robes courtes et bien maquillées. Après vérification rapide, les agents ont noté que les noms de ces 8 femmes n'étaient pas enregistrés.

Suspectant d'être un réseau de prostitution, les policiers ont embarqué le propriétaire et les 8 femmes au poste de police pour leur interrogatoire. Ils ont également trouvé 26 450 roupies dans un sac qui était en la possession du propriétaire, soupçonné de provenir de trafic d'êtres humains. Ils ont également saisi un téléphone portable Samsung Note 10 comme pièce de conviction. Suite à un interrogatoire strict, les 8 femmes malgaches ont révélé la vérité.

Une résidente de Grand Baie, 22 ans, a confié: "Mo la pou sex. Zot pey mwa Rs 1000 pou sak klian." Les 7 autres femmes avaient la même déclaration. Quelques-unes d'entre eux ont également dénoncé un contact étroit du pensionnat. Elles ont également admis avoir travaillé en complicité avec le propriétaire du pensionnat depuis l'année dernière, car elles sont à Maurice sans papiers et leur VISA est expiré.

Après plusieurs interrogatoires, les policiers ont pu voir clairement comment fonctionne le mécanisme du réseau de prostitution. Les 8 femmes ont été placées en garde à vue après enquête et présentées devant le tribunal de Port Louis pour leur inculpation provisoire. La police s'est opposée à leur remise en liberté. De même pour le propriétaire du pensionnat qui se retrouve derrière les barreaux.

Accusé de trafic des êtres humains, il a affirmé aux policiers: «Mo pa konn naryen ladan mwa misie». Il est également accusé de ne pas avoir tenu à jour le dossier en violation de la loi sur le tourisme, article 33, pour ne pas inscrire les noms des 8 femmes malgaches dans le registre du pensionnat.

Read more...

Read more...