Dispute entre deux étudiants: Salim "Mo garson inn tom san konesans ..."

"Insidan la inn arive vandredi 14 aout ek la direksion lekol pann inform nou", fulmine Salim * (nom modifié). Le père de jumeaux de 15 ans, ingénieur, est fâché que l'administration du collège d'État n'ait pas pris la douleur de l'informer que son fils est tombé inconscient après avoir reçu un coup d'une chaise sur la tête. Le suspect n'est autre que le camarade de classe de la victime. L'incident s'est produit dans les locaux du collège situé à Port Louis.

Les parents ont transporté leur fils dans une clinique vendredi soir. C'est le lendemain que la victime a pu rentrer chez elle. L'état de santé du petit garçon est jugé stable. "Li pa bet tom san konesans kan gagn enn kou dan latet. So dokter inn dir nou ki li pa bizin gagn ankor enn kou dan so latet akoz kan linn tom san konesans, so latet inn gagn enn kou kan linn tap anba," a raconte ce père originaire d'Inde, qui vit à Maurice depuis 18 ans.

Ce n'est que vendredi après-midi que Salim a pris connaissance de cet incident lorsque son autre fils lui a confié l'affaire. "Se enn lot zelev dan mem klas kinn bat mo zanfan. Linn avoy enn sez lor li. Kan linn resevwar enn kou lor so latet, mo garson inn tom san konesans. Dapre mo lot garson, li ti san konesans anba," a raconté le père.

Après l'incident, plusieurs enseignants ont été informés de la situation. "Mo garson inn explik mwa ki enn parmi inn met inpe dilo dan so labous. Linn regagn konesans enn ti moman apre. So frer inn dir mwa ki linn dir bannla apel mwa. Me person pann mem telefonn mwa. Se kan zot inn rant lakaz apre ki zot inn rakont mwa », a déclaré ce résident de Port Louis.

Salim a ajouté qu'il était au courant d'incidents qui se produisent souvent parmi les étudiants. Ce qu'il trouve regrettable, c'est que l'administration du collège ne l'ait pas informé de l'incident. "An tan adilt ek responsab enn etablisman skoler, li zot devwar inform bann paran lor bann insidan parey. Enn zanfan kinn tom san konesan apre ki linn resevwar enn kou pa kapav tret kouma enn zafer sinp", at-il ajouté.

Le père s'est rendu à l'école le lundi 17 août pour des explications. «Etonaman, rekter la fin dir mwa li pa okouran sa sitiasion la. Pourtan mo lot garson finn dir lekontrer», affirma le père. Salim a clairement indiqué qu'il porterait l'affaire devant le ministère de l'Éducation. Le dimanche 16 août, accompagnée de son père, la victime a signalé l'affaire à la police pour agression.

Read more...

Read more...