Double drame à Quartier Militaire: père et fils inséparables dans la vie et la mort

Le temps s’est arrêté chez la famille Rohoman à Quartier-Militaire, après l’accident qui a coûté la vie à Zaheed Rohoman, 42 ans, et à son fils Ridwan, âgé de 12 ans. L’accident, survenu à Quartier-Militaire même, tout près de la résidence des victimes, a causé un certain émoi dans le pays.

Ce jeudi 16 juillet, Zaheed Rohoman prend sa voiture pour aller chercher son fils Ridwan à un établissement scolaire à Flacq. Les derniers mots que lance Zaheed Rohoman à une proche : « Mo pe sorti ek nous pou vini la. » Père et fils vont connaître une fin tragique sur le chemin du retour vers les 16 h, alors qu’ils étaient tout près de leur domicile à Railway Road, Quartier-Militaire.

La voiture des Rohoman va entrer en collision frontale avec un autobus de la CNT. Le jeune Ridwan meurt sur le coup, tandis que son père est grièvement blessé. Transporté d’urgence par le SAMU à l’hôpital de Flacq, Zaheed Rohoman devait succomber à ses blessures.

Shakina (nom fictif), une proche des Rohoman, qui vit sous le même toit que les victimes, nous explique qu’en apprenant cette nouvelle, elle était totalement effondrée. « Je ne m’attendais pas à ce que Zaheed et Ridwan allaient nous quitter tout d’un coup », nous dit-elle en larmes. Toujours sous le choc, elle n’arrive pas à surmonter ce drame car elle était très proche de Zaheed et de Ridwan. « Cette perte nous hantera toujours car ce sera très dur pour nous de ne pas entendre leur voix résonner dans la maison », nous confie Shakina.

Shakina nous relate que Zaheed Rohoman était un homme humble qui aimait bosser. Il était gérant d’un snack. Il avait plusieurs rêves en tête pour son unique fils mais le destin en aura décidé autrement. Pour Zaheed Rohoman, son fils Ridwan était comme la prunelle de ses yeux l’enfant chéri de la famille. Père et fils étaient inséparables.

Pour Shakina, Ridwan Rohoman était un garçon intelligent, actif et très amical. Toujours discipliné, il était toujours à l’écoute de ses parents et de ses enseignants. Il ne ratait jamais ses cours à l’école, car il voulait réussir ses études.

Depuis son enfance, il était très passionné par le foot. Mercredi dernier (le jour précédant sa mort), en retournant à la maison après un match de foot, il avait dit à Shakina avec un petit sourire : « Mone met deux goals zordi ».

Son père était séparé de sa mère qui réside à Port Louis. Shakina lance un appel aux automobilistes d’être plus prudents sur la route afin d’éviter les accidents mortels.

Une accusation d’homicide involontaire retenue contre le chauffeur du bus

Le chauffeur de l’autobus de la CNT, qui a été blessé au niveau du tibia durant l’accident, a déclaré aux enquêteurs que la voiture que conduisait Zaheed Rohoman est apparue tout d’un coup devant lui et qu’il n’a pu éviter la collision. Il a aussi précisé qu’il roulait à 40 km/h au moment de l’accident. L’alcotest pratiqué sur lui s’est relevé négatif. Ce vendredi 17 juillet, il a comparu devant le tribunal sous une accusation d’homicide involontaire.

Read more...