Double drame au Surinam: voici ce qui s'est passé pendant la nuit cauchemardesque

Kaleyvanee Dhunnoo, 19 ans, a eu une fin tragique et triste. Cette jeune maman d'une petite fille d'un an et demi a reçu un coup de couteau mortel dans le cou par nul autre que son mari Kamlesh Dhunnoo, 20 ans, dans la nuit du samedi 8 août. La scène s'est produite chez eux à Riambel. Le suspect a fui les lieux et son cadavre a été retrouvé pendu après que ce dernier se soit suicidé au marché de Surinam le dimanche matin 9 août.

Kamlesh et Kaleyvanee. À droite, la mère de Kamlesh, Anita Prayagsing.

Kaleyvanee et Kamlesh étaient ensemble depuis 5 ans et ils se sont mariés il y a deux ans. Ils étaient parents d'une petite fille de 1 an. Cependant, pendant quelques mois, le couple a eu des différends sur la fidélité de Kaleyvanee.

Selon Anita Prayagsing, 55 ans, la mère du suspect décédé, Kamlesh Dhunoo, sa belle-fille avait quelqu'un d'autre dans sa vie. «Mo ti konsider li kouma mo prop tifi», dit-elle. "Zot ti pe viv avek nou avan ki zot inn demenaze dan enn lot lakaz pre avek nou mem." Cependant, les choses ont rapidement changé pour le couple. "Depi so lanfans, mo belfi ti konn enn garson ek zot finn gagn enn liezon apre sa", elle a ajouté.

Le changement d'attitude de sa belle-fille a été à l'origine de plusieurs différends entre le couple. «Linn koumans travay ek bann zafer inn dezenere. Li pa ti pe vinn lakaz souvan», at-elle poursuivi. Kamlesh a confié sa misère à elle et à ses sœurs. "Nou finn dir li separe avek so madam me li pann ekout nou", at-elle révélé.

Lundi dernier, à l'occasion de Rakhi, la belle-fille a quitté la maison. "Li ti kit mo garson pou al kot lot la. Mo ti prevenir lafami tifi la ki mo pwal tir zot zafer depi zot lakaz ki zot loue. Me mo garson inn al get li ek zot inn revinn ansam", dit-elle.

La situation semblait être arrangée à ce moment-là. Cependant, une autre violente dispute s'est déroulée samedi dernier, le 8 août. "Aswar, enn vwazinn inn galoupe pou vinn get mwa. Linn dir mwa vinn vit akoz mo belfi ek garson pe diskite for for", a ajouté la mère.

Cette dernière s'est rendue sur les lieux et a pu entendre leurs cris. "Monn koste pou ekoute ek monn tann mo garson dir 'divan mwa to pou telefonn to galan'". Mo belfi reponn dir li ki to pou kapav fer. Si mo ti rantre mo ti pou bat li de klak. Kan monn rod ouver laport, ti ferme partou. Monn dir Kamlesh ouver me li pann ouver », a-t-elle dit.

Read more...