Elle bat sa fille de 8 mois avec un ustensile de cuisine: seulement Rs. 12 000 d’amende

Un Australien, père d'un bébé de 8 mois ayant été brutalement battu par sa compagne, mère de l’enfant, a réclamé des peines plus sévères pour tous les agresseurs d'enfants après la clémence du verdict concernant son cas.

Quand Evie McMahon avait huit mois, elle s'est retrouvée avec des yeux noirs et un visage gonflé après avoir été battue avec un ustensile de cuisine par sa mère. Les faits datent de 2016.

(Facebook)

Malgré la gravité de son agression, Lorien Norman, aujourd'hui âgée de 28 ans, a été libérée par un tribunal d'Australie-Méridionale avec seulement un avertissement et une amende de 500 dollars australiens (+/- 310 euros). La peine était beaucoup trop légère pour le père d'Evie, Shane McMahon, qui a proposé un projet de loi prévoyant des peines plus sévères pour les auteurs de violence familiale. «Nous voulons une peine de prison obligatoire pour les coupables», a-t-il dit.

(La mère - Facebook)

Son projet de loi a finalement été rejeté, malgré l'appui d'un politicien de l'Australie-Méridionale, mais M. McMahon a refusé de reculer.

Quelques semaines après avoir célébré son deuxième anniversaire, M. McMahon a dit auDaily MailAustralia que sa petite fille a pris un virage dans son rétablissement et qu'elle est sortie de sa coquille.

(Facebook)

«Elle est belle, elle est absolument fantastique. Nous sommes une année après l'horreur et elle vient tout juste de sortir de sa coquille et d'entrer dans son propre monde », a-t-il dit.

M. McMahon a déclaré que la jeune Evie, aujourd'hui âgée de deux ans, continue d'être hantée par l'attaque et s'effondre chaque fois que quelqu'un s'approche de son visage, mais s'est physiquement rétabli.

(Facebook)

(Facebook)

Norman, la compagne, a plaidé coupable d'avoir intentionnellement causé du tort à Evie après l'avoir battue à plusieurs reprises avec une cuillère à fentes et sa main nue. Bien que l'infraction soit passible d'une peine maximale de 13 ans, elle n'a pas passé une journée derrière les barreaux. Le juge du tribunal de district d'Adélaïde a dit à Norman que si elle suivait les ordonnances des services correctionnels communautaires et ne récidivait pas pendant deux ans, elle ne verrait jamais la prison.

Une pétition en ligne demandant que la mère soit rejugée a déjà recueilli près de 400.000 signatures.