Goodlands et Cap-Malheureux: plus de 800 plantes de gandia déracinées

Ces cultivateurs de cannabis ont eu une mauvaise surprise hier, jeudi 4 juin.

Après avoir obtenu des renseignements précis, suite à des arrestations dans la région, l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) de la Northern Division a, lors de quatre opérations, ratissé des terrains en friche. Plus de 800 plantes de cannabis ont été déracinées au total.

Read more...

L'unité de la brigade antidrogue du sergent Ragoomundun a eu le soutien de la Police Helicopter Squadron pour réussir ces opérations. C'est sur un terrain abandonné à Bain-de-Rosnay, Goodlands, que la récolte de 130 plantes de gandia mesurant entre 6 cm et 1 m 20, a débuté. Aucune trace du cultivateur sur les lieux.

Peu après et toujours sur un terrain en friche, le sergent Grandport et son équipe, aidé par la Police Helicopter Squadron à Madame Azor, Goodlands, ont trouvé un total de 61 plantes de gandia mesurant entre 19 cm et 65 cm, vers 13 heures. Les enquêteurs pensent qu’il s’agit du même réseau opérant dans la localité. aussi sur un autre terrain en friche.

Par ailleurs la région de Cap-Malheureux a aussi été visité par les limiers de la Northern Division. La récolte dans cette région fut bien plus fructueuse qu’à Goodlands, car sur deux différents terrains boisés et abandonnés, deux équipes menées respectivement par les sergents Burkuth et Sham ont découvert des centaines de plantes de cannabis.

Read more...

Les hommes du sergent Burkuth ont déterrés 352 plantes de gandia mesurant entre 4 cm et 72 cm, alors que la seconde escouade a déraciné 261 plantes de gandia mesurant entre 15 cm et 35 cm. Ainsi, les policiers ont totalisé 804 plantes de gandia dans les locaux de l’ADSU de la Northern Division.

Soulignons que cette opération survient après l’arrestation d’un suspect, âgé de 38 ans, mercredi 3 juin. Chez ce dernier, l’ADSU du Nord avait retrouvé deux plantes de gandia et 27 semences. Des dealers de la région seront prochainement mis sous une surveillance stricte et contrôlée, car la brigade antidrogue les soupçonne d’être à l’origine de ces plantations.

L’enquête est supervisée par le surintendant de police (SP) Beharry et l’assistant surintendant de police (ASP) Hosannee.

Read more...