Infanticide à Goodlands: condamné à 5 ans de prison pour avoir tué son bébé d'un jour

Le motif de cet acte est toujours flou. Vanessa Curpen, 48 ans, a été condamnée à 5 ans de prison pour infanticide devant le tribunal intermédiaire hier jeudi 30 juillet. Elle a tué son bébé d'un jour le 25 septembre 2007 dans sa maison conjugale à Goodlands. Le magistrat Pranaw Sewpal a condamné son acte comme étant un crime d'atrocité et ne peut être traité avec indulgence.

Vanessa et Indiren Curpen (Source photo: l'express.mu)

"Ti bebe la ti fek ne ek li ti san defans ek vilnerab sa ler la", a déclaré Pranaw Sepal lors de son verdict au tribunal intermédiaire de Port Louis.

12 ans après les faits, la sétence est venue pour Vanessa Curpen. Cette mère, une résidente de Goodlands, a été accusée de coups et blessures qui ont causé la mort sans intention de tuer. Selon un rapport, elle a projeté avec force la petite fille nouveau-née au sol de sa maison.

Selon le rapport d'autopsie du Dr Sudesh Kumar Gungadin, la victime est décédée d'une fracture de la grue et d'une lacération du cerveau. La suspecte Vanessa Curpen a plaidé non coupable et a retenu les services de Moi. Neelkanth Dulloo. La poursuite était représentée par Me Abdool Raheem Tajoodeen, Conseiller d'Etat principal, et Me Yusra Nathire Beebeejaun, Conseiller d'Etat principal.

Read more...

En annonçant la condamnation, le magistrat Pranaw Sewpal a présenté plusieurs motions derrière son verdict à Vanessa Curpen. Il a pris en considération le témoignage du Dr Sudesh Kumar Gungadin. Ce dernier a conclu que la victime était décédée des suites d'une fracture de la grue causée par le suspect. Il a confirmé que les blessures causées au nouveau-né résultent d'un contact avec une surface dure plutôt que de blessures causées par une chute normale. De plus, la découverte a été faite après que la police s'est rendue sur les lieux et que la victime a été enveloppée d'un chiffon sur la table.

Témoignage du mari du suspect

Le magistrat a avancé la déclaration de Vanessa Curpen lors de son interrogatoire: "Mo aksepte ki dan enn moman koler mo finn zet zanfan la lor sali ek apre enn ti moman kan monn lev li, li ti fini mor ...". Des paroles qui correspondent à le rapport du Dr Sudesh Kumar Gungadin qui a déclaré que le nouveau-né était entré en contact avec une surface dure.

Le tribunal a également noté le fait que l'accusé avait mentionné à un gynécologue qui l'avait consultée à l'hôpital SSR de Pamplemousses le 25 septembre 2007 qu'elle était enceinte. Cette dernière saignait profondément et lors de son examen, le gynécologue a prélevé un placenta. Derrière le refus de l'accusé d'être enceinte, le gynécologue a renvoyé l'affaire à la police.

En revanche, le tribunal a pris en considération le témoignage du mari de l'accusé. Indiren Curpen a déclaré au tribunal que le jour des faits, un différend est survenu entre lui et l'accusé après que ce dernier a donné naissance au bébé à la maison. Il a soutenu que Vanessa Curpen est entrée dans une colère noire après l'avoir accusée que le bébé né n'était pas le sien à cause de sa couleur claire. Indiren Curpen a ajouté que sa femme avait consommé des pilules de Panadol pour «fer zanfan la ale».

Enfin, compte tenu du fait que le processus a coûté plus de 12 ans, le tribunal ne peut écarter le fait qu'un crime odieux a été commis. Par conséquent, le tribunal a décidé que l'affaire ne peut être conclue avec indulgence, car cela enverrait un mauvais signal à ceux qui seraient tentés de commettre une telle infraction à l'avenir. Une peine de prison est justifiée à l'heure actuelle, selon le magistrat. Il a ainsi prononcé une condamnation à la prison de 5 ans contre l'accusé.

Read more...