Maquillage du meurtre du petit Ayaan: la doctoresse du privé Nesha Soobhug entendue par la MCIT

La doctoresse du privé, Nesha Soobhug, qui a certifié le décès pour cause naturelle du petit Ayaan, deux ans, est arrivée aux Casernes centrales, peu avant 13 heures, ce lundi 16 novembre. Assistée de son homme de loi, Me Neelkanth Dulloo, la généraliste est actuellement interrogée par les enquêteurs de la Major Crime Investigation Team (MCIT). Cela dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du garçonnet, survenu jeudi dernier. Et, ce, dans des circonstances troublantes au domicile de sa mère, Bibi Nawsheen Beeharry, 26 ans, à Midlands.

Les conclusions de l’autopsie ont confirmé que l’enfant a été battu jusqu’à ce que mort s’ensuive. Alors que la doctoresse, Nesha Soobhug, est accusée d’avoir certifié que le nourrisson est mort de cause naturelle (simple arrêt du cœur). La généraliste devra s’expliquer.

Rappelons qu’avant de procéder à l’autopsie, le médecin légiste avait demandé que la doctoresse du privé soit interrogée pour comprendre pourquoi elle s'était prononcée pour un arrêt cardiaque.

Une équipe de la police de Midlands a interpellé le médecin, qui exerce à New-Grove. Lors de son audition, elle a soutenu avoir rencontré le couple. Et quand les policiers lui ont demandé d’expliquer comment l'enfant de 2 ans a pu succomber brusquement à cet arrêt du cœur, elle n’a pas su quoi répondre. Elle a fait ressortir qu’elle a perçu Rs 2 500 du beau-père du garçonnet pour apposer sa signature.

L'interrogatoire terminé, elle n’a pas été arrêtée.

Les enquêteurs ont procédé à deux arrestations jusqu’ici. Celle de la mère et de son compagnon, Mohammed Ali Ashar Sobratee, 22 ans. Ce dernier a avoué avoir asséné des coups de pied à l’enfant dans un accès de colère.

Le couple a de nouveau comparu en Cour de Curepipe, ce lundi matin, sous une accusation provisoire de meurtre. Au cours de l'audience, Bibi Nawsheen Beeharry s’est évanouie.

L’enquête se poursuit.

Read more...

Read more...