Marie Dorianne, maçonne et sans travail pendant le confinement: "Kifer lekol inn met mo zanfan deor?"

Marie Dorianne, qui est maçonne, a admis qu'elle n'avait pas payé 2 mois de scolarité à l'école privée fréquentée par son fils. Mais la racine de ses problèmes, a-t-elle ajouté, est due à la période de confinement dans le pays où elle ne pouvait pas travailler.

Marie Dorianne s'est fâchée lorsqu'elle a appris que l'école privée fréquentée par son fils avait mis ce dernier à la porte. «Li pe fer Grade 5. Li ti pe frekant samem lekol ki dan lenor depi 6 an ek inn fer maternel 1 an laba mem», a raconté la résidente de Pointe aux Piments, 40 ans.

"Akoz konfinnman monn gagn bann problem finans. Mo pann kapav pey fre lekol pou 2 mwa. Zame monn fer retar dan lepase ek fre lekol la li Rs 3 450 par mwa", confie Marie Dorianne.

La mère a expliqué que l'administration lui avait réclamé deux mois de frais de scolarité mais qu'elle avait refusé de payer. Elle a confirmé que son fils ne pouvait pas suivre le cours en ligne et qu'il n'était pas allé à l'école pendant deux mois en raison du confinement dans le pays.

"Monn kontakte responsab lekol pou fer par difikilte finansie mo finn ena. Monn sirpri kan lekol finn telefonn mwa pou dir zot nepli aksepte mo zanfan dan lekol akoz pa finn pey zot," souligna Marie Dorianne. "Kouma posib enn lekol met enn zanfan deor depi lekol?", a demandé la mère.

«Li inosan. Sa difikilte la konsern zis mwa», a-t-elle déploré. Maçonne en tant que professionnelle, la femme a expliqué qu'elle était sans emploi pendant la période de confinement, sauf qu'elle a obtenu 5 100 roupies du régime d'aide aux travailleurs indépendants. Elle a déposé une plainte au ministère de l'Éducation de Phoenix et au poste de police. Pendant ce temps, la mère a dû trouver une autre école pour son fils.

Interrogée à ce sujet, Me Melany Nagen a expliqué que chaque enfant a un droit constitutionnel à l'éducation. "Li kler ki pandemi covid 19 ti enn evennman san presedan. Bizin determine si ena enn mwayen remedie sa sitiasion la. Bizin pran an konsiderasion ki tou le de parti ena bann sousi finansie", a soutenu l'avocate.

Selon elle, la meilleure solution sera d'organiser une solution de médiation entre les deux parties afin que l'enfant ressorte gagnant et qu'une solution amiable soit trouvée. "Toutfwa ena posibilite ki mama zanfan la pe dimann dedomazman pou bann inkonvenians kinn koze a zanfan la lor plan sikolozik akoz sanzman lanvironnman", a conclu Me Melany Nagen.

La rédaction Xplik ou Ka du Groupe Defimedia a sollicité l'avis de la directrice de l'école privée pour sa version. Mais cette dernière a refusé de réagir à ce sujet. Sa secrétaire a répondu: "nou pena okenn komanter pou fer."

Read more...