Planet FM: des ex-employés réclament leur dû

Ils sont journalistes, techniciens et animateurs qui travaillaient à Planet FM. Pour cause de non-paiment de salaire, tous avaient quitté leur poste. Devant la Victoria House, ce jeudi 4 juin, ils ont tenu à alerter sur leur sort et le ministère du Travail. Comme le raconte l'un d'eux: «Moi desamm nounn gayn la pay en janvier. Bonus pann gagné».

De plus, ils expliquent être tombés des nues en entendant de nouvelles voix sur les ondes de cette radio privée pour laquelle ils travaillaient jusqu'à tout récemment. Sept d'entre eux s’étaient rendus sur leur lieu de travail à Ebène, en avril en vue «de trouver un consensus». Mais rien n'y a fait, car pour la direction, ces employés ont démissionné le 5 avril dernier.

Read more...

Cependant les concernés protestent: «C’était un arrêt de travail parce que nous n’obtenions pas nos salaires». Ils ajoutent que la direction leur avait fait comprendre qu’après la période de confinement, ils seraient recontactés pour discuter individuellement d'un plan de paiement concernant leur solde. «Ziska ler pa nanié mem», ajoute un autre employé.

Read more...

Pour le chairman de Mayfair and Purely Communications Limited (MPCL), Vedan Choolun, il était clair que par leur façon d'agir dès le départ, ces ex-employés avait soumis leur démission dans un moment de crise où il était de leur devoir d'informer la population de ce qui se passe. Il souligne ainsi que les termes utilisés soit «I am stopping work forthwith» signifie «démission», comme indiqués par les hommes de loi de la société.

Read more...

Vedan Choolun maintient: «D'ailleurs, plusieurs d'entre eux ont été payés alors qu'ils ne se sont pas pointés au travail depuis deux ou trois mois. Certains sont venus nous voir, d'autres m'ont appelé pour demander leur réintégration, même sans salaire. Mais on ne les reprendra pas.»

Read more...