Trafic de drogue à Phoenix: "Gramatin, tanto, aswar, pena ler..."

Ca se passe sous les yeux des habitants de la localité depuis déjà quelques années. Mais cela fait déjà plus d’un an que la situation s’est empirée.

Plus précisément sur la route royale à Phoenix, tout près d’un centre disposant des cours informatiques, les jeunes toxicomanes passent le plus clair de leur temps.

« Pena ene POW, combien sa ? Mo pe rode synthé mem là acoz POW trop cher lor marché »..

Vers 10 heures, les livraisons se font à bord de plusieurs voitures et même sur des motocyclettes. Des fois, les passeuses sont des jeunes demoiselles issues du Cité Palmestone. « La bas mem baz là, kot nou ale aster gramatin », lance un des toxicomanes.

Un enseignant du primaire, vient de prendre son dose trois fois par jour sur la route royale. « Ene professeur sa, so fami bon dimun. Mais piti là ladan depi 10 ans. Li enseigne zenfans, mais couma so yen pike li, li vine aster »

Que font l’ADSU de la région malgré qu’ils connaissent les visages. Un ex coiffeur, Faiz qui terrorise quelques fois, les plus jeunes. « Donne Rs 25 ek toi, sinon mo kass…. To l…. Il offre quelques des petits doses d’héroine ou meme de synthétique à ces jeunes collégiens.

A suivre !