Une employée d'un hôpital privé de 44 ans est décédée du coronavirus

Le coronavirus a fait d'importants dégâts humains dans les hôpitaux français comme l'illustre l'histoire de cette employée qui préparait les repas et qui est décédée après avoir contracté la maladie au mois d'avril dernier.

C'est Le Parisien qui rapporte l'histoire de Chantale, une employée de l'hôpital privé d'Antony qui préparait les repas pour les patients. Malheureusement, la vie de cette mère de 4 enfants a pris un tournant tragique puisqu'elle est morte du coronavirus le jeudi 23 avril dernier. Le quotidien indique qu'elle s'est battue pour rester en vie pendant plusieurs semaines, mais rien n'a pu être fait pour qu'elle soit épargnée. Elle va être enterrée ce jeudiau cimetière du Bourget en Seine-Saint-Denis.

Sa famille, qui est encore bouleversée par la nouvelle, ne comprend pas comment les choses ont pu mal tourner alors que Chantale n'avait pas d'antécédent de santé, souligne Le Parisien. «Elle était jeune, elle n'avait aucun problème de santé», déplore sa cousine Imelda. Pour elle, cela ne fait aucun doute qu'elle a attrapé à l'hôpital privé d'Antony dans les Hauts-de-Seine.«Je ne comprends toujours pas. Je suis sûre qu'elle a attrapé le virus là-bas, gronde Imelda. J'ai la rage. J'en veux à la terre entière».

Le Parisien raconte que c'est après un contrat d'un mois avec une entreprisede restauration prestataire de l'hôpital que Chantale a commencé à ressentir les premiers symptômes. «Elle était fatiguée, elle toussait. Elle se plaignait de courbatures. Je n'étais pas vraiment soucieuse à l'époque. Je lui disais que ça allait passer», a expliqué au quotidien Carnelle, une de ses amis d'enfance. À la fin mars, elle raconte que son médecin généraliste lui conseille de se faire hospitaliser.«Du jour au lendemain, je n'ai plus eu de nouvelles d'elle. Ce n'était pas dans ses habitudes. Je me suis inquiétée».

Finalement, Le Parisien indique que sa témoin de mariage a pu avoir des nouvelles d'elle, mais qu'elles n'étaient pas très encourageantes. «J'ai fini par l'avoir au téléphone après quelques jours de silence. Elle avait du mal à parler. C'était étrange de l'entendre comme ça». Finalement, sa cousineImelda explique que les choses se sont aggravées rapidement. «On a pu aller la voir avec certains de ses enfants à la fin». Les médecins nous ont expliqué qu'ils allaient la débrancher, avec notre accord. Sa fille de 15 ans était là. C'était horrible».

Sa cousine Imelda a confié au quotidien qu'il fallait désormais tout faire pour protéger les 4 enfants de Chantale qui sont âgés respectivement de 9, 12, 15 et 20 ans. «Leur père est coincé au Congo. À cause du confinement, il ne peut même pas venir en France. Et nous, on ne peut pas voir les enfants… Ça va être un traumatisme à vie pour eux. Le Covid nous l'a arrachée. Comme ça. C'est brutal. On va avoir du mal à faire notre deuil».

Read more...