Une famille de 5 personnes forcée de quitter leur maison à cause d'un mari brutal

Leur vie s'est transformée en cauchemar, les enfants fatigués de leur père brutal, ils sont contraints de quitter la maison familiale. C'est après plusieurs années de martyre que cette mère a décidé de quitter sa maison conjugale. Elle a accepté un logement pour ne pas être dans la rue. Mais cette maman ne sait pas à quelle porte frapper et que faire ensuite ...

Sindy. (Source photo: defimedia.info)

Les cas de violence domestique ne semblent pas diminuer. Parfois des coups, parfois des insultes et des menaces, bref, c'est la routine quotidienne de cette femme. Cette fois, c'est toute la famille qui a subi les brutalités de ce père. Sindy (nom modifié), mère de trois enfants, n'a pas pu supporter la dernière dispute. Elle a décidé de quitter sa maison conjugale avec l'aide de travailleurs sociaux. Elle s'est enfuie avec sa mère et ses trois enfants. Son histoire donne des frissons puisque les coups n'ont pas cessé sur son corps sensible.

À 29 ans, cela fait maintenant 12 ans qu'elle est avec son concubin. De leur relation, trois enfants sont nés. Si Sindy a réussi à garder le silence pendant toutes ces années, un événement a changé les choses par conséquent la dernière fois qu'ils se sont disputés. "Sak fwa li bat mwa li met enn lorye lor mo figir pou ki person pa kone li pe bat mwa. Me akoz nou lakaz tipti, bann zanfan ti pe tande ek vinn gete. Kan bannla vini, papa la dir linn bizin fer sa paski mo pann byen fer. Se enn koreksion ki li pe donn mwa. Li ti pe boxe mwa pandan ki bann zanfan pe kriye ek sote avek lazwa. Zot ti panse enn zwe sa ek zot ti pe ankouraz papa la. Kan mo kumans plore, li dir zot 'ala zot mama gelar la. Li kontan zwe apre kriye kouma lisien.' Bann zanfan la ti pe mok mwa ek riy mwa. "

Read more...

Pendant ces temps, la mère de Sindy a porté les coups sur sa fille et est restée silencieuse après la demande de Sindy de ne pas prolonger l'histoire. "Parfwa bann zanfan la osi gagn bate ar zot papa ek kan mo rant ladan li fini par bat mwa osi ek tir tou so koler lor mwa. Mai mo pa anvi mo bann zanfan gagn bate." Elle a expliqué qu'à plusieurs reprises, elle avait été admise à l'hôpital. A chaque fois, elle inventait une histoire de ses blessures pour ne pas rapporter l'affaire par peur des repraisailles de son mari.

Il y a une semaine, alors que Sindy était battue par son mari, sa mère n'a pas pu supporter la scène et est intervenue. "Mo tann mo tifi pe kriye 'larg mwa mo pa pe kapav respire'. Mo abitie bous mo zorey mem mai la monn panse mo kapav perdi mo tifi. Mo pa abitie al dan zot lasam mai sann kou la monn pous laport. Bann zanfan ti al lekol." Quand elle a ouvert la porte, c'était une scène horrible qui s'est présentée devant elle. "Lamin mo tifi ti atase lor lili. Li ti mont lor li ek bous so labous avek enn lorye. Linn bat li dan tellement vant. Monn rod pous li. Si mo pa ti fer sa mo tifi ti pou fini mor sa ler la. Linn tonbe depi lor lili ek linn vinn rouz avek koler ek koumans atak mwa. Linn koumans bat mwa koutpie alos ki mo tifi ti pe sipliy li pou arete. Bann vwazin inn koste mai personn pann intervenir. Mai kan bannla inn trouv li pe bat nou, linn arete. "

Cette nuit-là, le mari n'est pas rentré chez lui. Le lendemain matin, quelques travailleurs sociaux sont venus chez eux pour proposer leur aide. C'est ainsi que Sindy a accepté de quitter sa maison conjugale avec sa mère et ses trois enfants. Le suspect est activement recherché par la police et personne ne sait où se trouve ce dernier. Alors que Sindy se remet difficilement des atrocités de son mari. Non seulement elle s'inquiète pour son avenir, mais «kouma mo pou fer tousel ek trwa zanfan ek kot mo pou ale». Elle doit répondre aux enfants qui s'interrogent sur leur père et qui lui manque.

Troublée entre les atrocités auxquelles elle doit faire face contre son mari violent et la tristesse causée aux enfants, Sindy ne sait que faire ...

Read more...