Victime d'un viol, elle voulait se suicider: "Mo pa ti anvi bless personn, mo ti anvi fini tou"

«Je n’ai pas vraiment connu une enfance ou encore vivre dans un cocon familial. J’ai été abusé sexuellement alors que j’avais 17 ans» C’est le témoignage de Chloé, 22 ans. Elle a en maintes occasions tenté de mettre fin à ses jours.

Photo d'illustration.

Antidépresseurs et calmants, Chloé en prenait plusieurs par jour; pour dormir, pour entamer sa journée, parler de sa dépression, pas question, elle en avait honte.

« La dépression est un handicap invisible, la plupart des gens dépressifs le cache. Ce sentiment à force d’être refoulé que cela nous ronge et nous pousse vers le suicide.»

Avoir été victime d’agression sexuelle d’un côté et avoir le sentiment d’être incomprise de l’autre, étaient trop lourds à porter pour Chloé...

«J’avais un sentiment d’abandon, ou je n’avais plus de confiance en moi-même et là je me suis posé des questions, pourquoi moi, à quoi bon rester sur cette terre » …mais elle avait tort.

Read more...

«Heureusement que j’ai rencontré des gens merveilleux qui m’ont soutenu, encourager et surtout pris par la main pour m’épauler dans cette phase difficile.»

Des personnes qui ont su trouver les bons mots pour lui redonner goût à la vie. «Ils ont su trouver des mots simples, comme, To ena valer, to zoli, to lavi li vo la pein, to ena potentiel»

Pour conclure, Chloé s’adresse aux personnes qui traversent une période difficile. «C’est vrai que le suicide n’est pas une solution et il faut surtout en parler. Il ne faut pas rester dans cette spirale et venir de l’avant pour le dire haut et fort, j’ai un problème. Que ce soit des proches, ou dans les ONG, il ne faut surtout pas avoir peur de s’exprimer car la vie est belle et vaut la peine d’être vécu» confie Chloé.

Entre le 1er janvier et le 30 juin 2020, il y a eu 52 suicides et 101 tentatives à Maurice.

Read more...